Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 14 décembre 2005

Revue d'Brest

Vous vous dites que je suis bien cynique même si je présente les choses de façon humoristique, il faut en convenir ! Je vais donc apporter de l'eau à mon Milin en vous proposant quelques bribes de la presse après ce match mémorable délivré à Brest dimanche dernier ! Les mots (maux) se suffiront, nul besoin de commentaires ! En gras, les paroles, terribles, de Ravera, l'entraîneur d' EN AVANT. Vivement le mercato, notre seule issue !

Avant le déplacement à Sète en fin de semaine, En Avant doit retrouver un supplément de caractère et des vertus « guerrières » pour espérer relever la tête. « Jusqu'à quand faudra-t-il avoir mal pour retrouver au fond de soi l'envie de renverser la vapeur ? » Peu, ou pas, d'occasions franches. Une rengaine récurrente.« Les intentions sont une chose, les actes une autre. Dans le foot pro il y a des paramètres importants qu'il faut maîtriser. » Dans leur triste situation de relégable, on n'a senti ni à Brest, ni avant, et malgré des discours de circonstances, une réelle prise de conscience de la gravité de la situation, ni l'urgence de manifester un supplément d'âme. « Actuellement le groupe manque de simplicité, de puissance, de vitesse. Ce constat, je l'ai déjà dressé il y a un mois et demi. Il faut voir la réalité en face car moi j'en ai marre d'être déçu ! » Malgré la réaction (symbolique) de dépit du Kop Rouge, des sifflets guère méchants, il fait toujours bon être footballeur professionnel à Guingamp. Plus que de talent, le groupe manque actuellement de caractère. D'envie de se faire mal. Éric HORRENBERGER. Ouest-France
« Il faut avoir la volonté au fond de soi, de renverser le cours des choses quand on est footballeur profesionnel » Le Télégramme

Les commentaires sont fermés.