Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 12 août 2013

Quel sale quart d'heure !

Un stade en liesse, un retour en ligue 1 tant attendu, l'accueil du dauphin du précédent championnat, des médias présents, ça y est c'est parti.

Et puis, patatras ...

L'OM allait débuter le match comme ils avaient fini leur échauffement : un mélange de puissance, de vitesse et de technique. Par ailleurs, il se voyait qu'ils étaient très motivés et concentrés à l'image d'un Valbuena qui remontait ses troupes.

Notre équipe a peut-être été happée par ce contexte et n'a pas eu le temps de se mettre dans le match puisque prise à la gorge dès l'entame. Nous nous sommes retrouvés menés 2 à 0 en 4 minutes avec une défense complètement dépassée, nos joueurs paraissant perdus et d'une inquiétante impuissance face à l'armada offensive marseillaise.

Lorsque le troisième but intervint à la 17e sur un arrêt non bloqué par Samassa (son second, mais en ligue 1 il faut éviter de repousser la balle dans ses 6m, la sanction tombant inévitablement), j'ai eu, et je pense ne pas avoir été le seul, très peur de prendre une correction qui aurait pu faire très mal. Le milieu marseillais se baladait, parmi eux Imbula aussi brillant en face que son remplaçant était à l'agonie dans nos rangs ...

Malgré tout, après ce démarrage cauchemardesque, notre équipe a eu le mérite de se ressaisir et de se créer des occasions sans toutefois pouvoir revenir à la marque, faute d'efficacité.

Il fallait absolument faire rentrer Diallo pour remettre un peu d'ordre au milieu, ce qu'a fait très logiquement Gourvennec en début de seconde période. 

 

Le plus jeune coach de Ligue 1 a su remotiver ses troupes et réorganiser autrement son équipe, ce qui fait que Guingamp a montré un tout autre visage en seconde période, se créant quelques franches occasions.

Et quand ça ne veut pas, ça ne veut décidément pas, puisque Yatabaré a manqué son pénalty ou plus exactement Mandanda l'a arrêté.

Bref, de quoi se rassurer sur le fond de jeu guingampais et l'allant offensif indéniable de l'équipe.

EAG a manqué son entame de championnat, sa défense ayant sombré durant le quart d'heure initial, ensuite l'équipe a monté un tout autre visage, n'étant pas " à la rue", loin de là.

La premier gros chantier est donc de solidifier la défense, qui n'était pas le point fort de l'équipe la saison dernière, il est utile de le rappeler. C'est indispensable pour envisager de se maintenir en Ligue1.

Commentaires

Il va falloir muscler notre jeu comme aurait dit un sélectionneur bien Aimé.

Il ne faut pas oublier le nombre d'occasions vendangées par nos attaquants, sans parler du pénalty généreux.

On le savait, la saison sera difficile, mais quel plaisir de voir des Valbuena, Payet, Gignac, Ayew,...

Écrit par : patrick | mardi, 13 août 2013

Espérons un match solide à Sainté ce soir, pour se rassurer. Les Verts sont ultra-compétitifs donc la marche est haute - et il y a risque de bouillon - mais pour la suite, je ne me fais pas de souci, une fois que l'équipe sera rodée et se sera adaptée aux exigences du niveau (qui diffère nettement pour les adversaires de haut de tableau).

Écrit par : ToM | samedi, 17 août 2013

Les commentaires sont fermés.