Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 02 décembre 2013

Roudourou for ever, fort rêveur

Vous trouverez ci-dessous un article qui provient du site de France Foot et que votre serviteur ne renierait pas (en toute humilité et sans prétention, of course !) ! Merci à Yoan Riou son auteur, dommage que quelques commentaires faits sur le site de France Foot soient aussi pourris, vous arrangerez cela ! 

Noël approche. Alors, offrez à vos amis des billets pour un match dans le stade de Guingamp. Un cadeau original. C'est un endroit vraiment pas comme les autres !

 
(L'Equipe)
 
 

Guingamp, essence unique, parfum enivrant, en pleine odeur de sainteté. 7 280 habitants, pas loin de 10 000 abonnés au stade de Roudourou et 15 658 spectateurs samedi soir pour le match contre Nantes conclu par une victoire 1-0 de la formation locale. Ambiance divine, plaisir solidaire. Pas étonnant puisque Nantes et Guingamp occupent actuellement les deux premières places du championnat de France des tribunes géré par la Ligue de football professionnel.

A la fin de la rencontre, les supporters nantais ont chaudement applaudi leur équipe, pourtant battue. La magie rouge et noire a encore agi ce week-end au Roudourou, enceinte qui a enfanté comme souvent un spectacle agréable. On se rappellera longtemps le sourire radieux d’un sympathisant de l’En Avant, patron d’une brasserie à Auray, dans le Morbihan, en quittant les lieux. Il vient très régulièrement au Roudourou, même s’il doit faire 4h15 de voiture entre le voyage aller et retour.

L’EAG, en chair et en Oz, est 7e de la L1 ce dimanche après avoir évolué en L2 la saison passée et alors qu’il fréquentait le National en 2010-2011. Cette équipe ne roule pas des mécaniques et pourtant, elle est entraînée par Jocelyn Gourvennec, un sacré moteur-compositeur, qui nous délivre de belles mélodies et des refrains que l’on n’oublie pas. Samedi, voyant son équipe mise en difficulté par les Canaris, il a su changer le dispositif tactique après trente minutes, passant du 4-4-2 au 4-1-4-1. Et parmi ses joueurs, Kerbrat, c’est le châssis, Atik le filtre à air, Mathis la courroie de distribution, Douniama le levier de vitesse et Sankharé le volant, ou plutôt le cerf-volant. Il s’est en effet envolé pour battre de la tête Riou et marquer le but du succès de l’En Avant (63e). Les Costarmoricains l’ont emporté sans leur meilleur "striker", Yatabaré, absent en raison d’une blessure (cinq buts en L1 cette saison). Le public guingampais, exemplaire, mérite ces bons résultats, cette équipe cohérente. Le Roudourou aime sonner en mode vibreur.

Yoann RIOU, à Guingamp

Les commentaires sont fermés.