Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 21 novembre 2016

Qu'importe le Bordeaux, pourvu qu'on ait l'ivresse du combattant !

Plus que jamais la devise rouge et noire est d'actualité : Les guingampais ne lâchent vraiment rien.

Menés 1 à 0 suite à un coup-franc très généreux de notre "ami" Tony, bloqués pendant une bonne partie du match par la tactique mise en place par leur ancien coach, les guingampais n'ont rien lâché et ont obtenu le point mérité du nul dans les arrêts de jeu.

Le mérite en revient aux joueurs mais il nous faut quand même saluer l'arrêt déterminant de Johnson sur un pénalty sifflé par qui vous savez (limite car faute commise à l'extérieur mais dans le mouvement cela peut se siffler, notamment si c'est contre En Avant ...).

Cet exploit mêlé à un sentiment d'injustice a révolté une équipe qui a été bien meilleure avec des renforts puissants et musclés (Privat et Mendy) qui ont apporté dès leur entrée sur le terrain.

Les Bordelais jouant à 10 derrière, tactique très frileuse notamment en seconde période, il a fallu jouer plus direct.

On a bien cru ne jamais y arriver, et pourtant nous avons eu des opportunités, mais la délivrance est venue de notre généreux capitaine Briand, jamais avare d'efforts (quelle santé !), qui sur un centre de Déaux a arraché le point, mérité, du nul.

Une fois encore c'est un Guingamp à réaction qui a mis En Avant nos valeurs portées à merveille par cette équipe et son coach.

Respect donc à notre équipe pour cet état d'esprit et cette abnégation quasi "génétique" et bravo d'y avoir cru jusqu'au bout.

Respect à notre ancien coach Gourvennec qui a été acclamé comme il se doit par un stade entier, respect aussi à ce public formidable !

Je terminerai en m'étonnant que les règles ne soient pas les mêmes pour les deux équipes lorsqu'un joueur se blesse : si vous jouez à Bordeaux vous reprenez de suite sans aller en dehors du terrain, si vous jouez à Guingamp on vous fait sortir et patienter avant de rentrer...

Un détail parmi d'autres, bref, inutile de s'épandre sur l'arbitrage Chapronesque ...

Dernière interrogation, quand on voit le talent girondin et le potentiel technique de cette équipe on s'étonne de leur frilosité extrême, notamment en seconde période.

J'ai rarement vu une équipe jouer si défensif, vous me direz ça a failli payer ...

 

 

 

Commentaires

100% d'accord.
Chapron est juste une calamité. Il faudrait l'envoyer arbitrer quelques match de DSR pour le remettre au niveau. Mais c'est mission quasi impossible.

Écrit par : Patrick | mardi, 22 novembre 2016

Les commentaires sont fermés.