Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Show et froid au Roudourou !

    Courageux il fallait être pour aller au Roudourou hier soir, qui a dit fou ?

    Accueilli au stade par une averse dantesque de grêle, j'ai été vite dans le vif du sujet.

    Une fois de plus, c'est un Guingamp poussif qui a démarré le match, Monaco s'est retrouvé logiquement à 10 et cela nous a permis d'encaisser deux buts, superbes au demeurant. Notre défense ressemblant aux Champs Elysées sur ces deux actions.

    J'avoue avoir eu peur, je plaide coupable, d'une nouvelle déconvenue...

    Bon soyons clair, Monaco ne descendra pas car ils ont d'incroyables talents devant (derrière aussi mais dans l'autre sens me direz-vous), notamment leur dernière recrue Gelson-Martins, un cran bien au-dessus, sans oublier Golovine et Rony Lopez. 

    La mi-temps fut fraîche et mes pieds commençaient à se refroidir sérieusement. Quelques sifflets logiques mais les euls au niveau en première période c'était le KOP, respect.

    Et puis, coup d'envoi de la seconde mi-temps, et hop un but tout un stade se met à y croire et le soutien est fort jusqu'au second but d'un missile de Thuram, quel but et quelle ferveur !

    Nous ne réussirons pas à faire le break et finirons le match sur un score de 2 à 2.

    Place au Caillard's time que Gourvennec a fait rentrer juste à la fin du match.

    Au vu de l'attitude, je savais qu'Eboa Eboa allait rater le sien (un pas d'élan) et Thuram n' a pas conclu dans un premier temps, j'ai eu brièvement peur d'un scénario puant mais bon Coco a permis l'explosion de joie d'un Roudourou bouillant, ce qui a fait oublier à des milliers de personnes que leurs pieds étaient proches de la congélation.

    Rendez-vous à Lille dans 2 mois, gelé mais heureux je pus rentrer chez moi !

    Deux dernières remarques : le jour et la nuit entre les deux mi-temps d'En Avant, la seconde était très bonne, Fabregas ça rime avec classe (un tel joueur qui se donne la peine de venir saluer un à un ses adversaires du jour, je dis chapeau !).